Connaissez-vous l’île aux orties ?

Zone de nature sauvage située en bordure de rivière givernoise, l'île aux orties attisa l'imagination de Claude Monet. Explications...


©JMP de Nieuwburgh

Nichée au confluent de l’Epte et de la Seine, l’île aux orties fait partie des décors remarquables de la commune givernoise. Saviez-vous, en effet, que Claude Monet y posséda un petit bout de terrain ? «Monet avait, pour être tranquille et être chez lui, acheté un bout de pré à l’embouchure de l’Epte, appelé Ile aux Orties, raconte son beau-fils Jean-Pierre Hoschedé. Là était en permanence le gros bateau avec cabine qu’il avait fait construire quand il était à Argenteuil sur les conseils de son ami Caillebotte et dont il se servait pour peindre sur la Seine et au milieu d’elle…» Le maître givernois y possédait également un hangar où il entreposait quelques uns de ses travaux. L’atmosphère si particulière du site inspira au peintre impressionniste de nombreuses toiles. Ainsi, bien évidemment, de «L’île aux orties» (1897), de «La femme à l’ombrelle» (1886) ou de ses fameuses «Matinées sur la Seine» (1897)…

A l’époque, une noue se remplissait d’eau et transformait ce petit bout de terre en île. Aujourd’hui, la noue ne laisse plus passer les eaux de l’Epte et la bande de terre s’est soudée à la plaine. Et il n’y a que lorsque l’Epte est en crue et que le niveau de la Seine grimpe démesurément que la noue se remplit…

Décor incontournable du roman «Nymphéas Noirs» de Michel Bussi, l’île aux orties continue aujourd’hui d’entretenir un lien avec Claude Monet. C’est, en effet, sur ces terres que les jardiniers de la Fondation Monet recyclent leurs déchets verts en les transformant en compost, clé de voûte de la fertilité du sol et élément essentiel du jardinage naturel…