Un nouveau dahlia dans les jardins !

Nous l'avions pensé disparu. Perfectionné dans les années 1920, un dahlia unique, qui connut un retentissant succès tant en France qu'à l'étranger, fait son entrée dans le Clos Normand. Explications...

1904. Lors d’une visite faite, à Dompierre, à Mr Colcombet, un amateur d’horticulture, Mr Louis Martin, horticulteur-grainier à Digoin (Saône-et-Loire), tombe en arrêt devant un type primitif de dahlia. Celui-ci se révèle d’un seul coloris et ses capitules de mauvaise tenue. Mr Martin convainc son hôte de lui confier la moitié du premier tubercule avec la faculté d’en disposer à son gré. Grâce à des semis successifs, il parvient à faire naître un dahlia remarquable. Les inflorescences ont une excellente tenue tandis que les ligules, au nombre de huit, sont disposées en étoile et repliées en gouttière sur les deux tiers de leur longueur. La Digoinaise est née ! Si Mr Martin attend 1923 pour commercialiser ses graines, «La revue horticole» lui consacre un article en 1922. Quatre-vingt variétés sont recensées à cette date et jusqu’à 300 en 1925 !

Dotée de fleurs simples, élégantes et aux coloris très variés, l’Etoile de Digoin s’est-elle, avant le décès de Claude Monet en 1926, épanouie dans son jardin ? Beaucoup de spécialistes s’accordent à le penser. Quatre-vingt treize ans plus tard, une descendante de Louis Martin vient de nous en confier de précieux bulbes. Un privilège puisque peu de personnes disposent, à ce jour, de ces fantastiques Etoiles. Pensez à venir les admirer dans le Clos Normand !