«Le jardin est en avance !»

A quelques jours de la réouverture de la maison et des jardins de Claude Monet à Giverny, Jean-Marie Avisard, notre chef jardinier, nous dresse un bilan d'étape. Plongée dans les coulisses du sanctuaire givernois...

Le compte à rebours est lancé ! Que reste-t-il à faire, dans les jardins, avant le lever de rideau ? 

Nous continuons l’entretien et la plantation des plantes de bordures, et majoritairement des aubriètes du côté Ouest du Clos Normand. Au bassin, les bordures en châtaigniers ont fait l’objet d’un gros travail. Après la taille de la glycine, il va nous falloir commencer celle des rosiers. Le décapage et nettoyage des allées gravillonnées devra aussi être achevé dans les jours à venir. Sans oublier le désherbage ! 

Le jardin est-il, comme l’an passé, en avance ?

Tout à fait. Et il l’est même encore plus ! L’hiver a été plutôt doux. Les pensées et giroflées sont déjà très fleuries. Mais nous craignons un coup de gel à la fin mars !

Quid de l’arche qui s’est effondré sous le passage de la tempête Aurore à la fin du mois d’octobre 2021 ?

Elle sera remplacée à la mi mars ! Il était temps car nos rosiers sont actuellement soutenus, par des perches, et tant bien que mal ! A terme, il nous faudra également changer les autres arches. L’une d’entre elles s’est cassée au dernier coup de vent. Elle a été ressoudée. Toutes sont vieilles de plus de cent ans !

Des nouveautés horticoles vont-elles émailler cette nouvelle saison ? 

Notre but n’est pas, sur le fond, d’innover mais de rester fidèle à l’esprit de Claude Monet. Mais il nous arrive, en effet, de tenter de nouvelles choses ou de picorer des idées dans un tableau. Parmi les nouvelles introductions au jardin, citons la Trollius Europaeus Superbus, une vivace aux pétales jaune citron et au feuillage vert, la tradescantia andersoniana Ocean Blue aux grandes fleurs bleu clair, ou encore la Lavatera cachemiriana réhaussée d’un mauve éclatant ! Nous accueillons aussi de nouvelles pivoines arbustives tout droit venues du jardin japonais Yuushien !

Il semblerait que les ragondins soient venus en masse, cet hiver, dans le bassin…

Chaque hiver, ils viennent en effet se nourrir dans le jardin d’eau qui est empli de végétaux. Nous y avons installé des pièges avec des pommes. On en attrape tous les jours ! Ils arrachent les rhizomes du fond du bassin et mangent les pousses de bambous. Nous sommes donc contraints de remplacer régulièrement les nymphéas.

Le Japon est, cette saison, à l’honneur puisqu’en partenariat avec les éditions Claude Monet Giverny, les éditions Gourcuff Gradenigo publient la nouvelle version de l’ouvrage de Geneviève Aitken et Marianne Delafond, «La Collection d’estampes japonaises de Claude Monet». De quelle manière le Pays du Soleil Levant est-il, selon vous, présent dans les jardins ?

Au travers des pivoines, bien évidemment, mais aussi de la glycine, des cerisiers au printemps ou encore des iris qui confèrent au jardin cette note japonisante. Il n’est qu’à s’adosser au pont, dans le jardin d’eau, pour ressentir ce climat si particulier…

Une nouvelle recrue vient de rejoindre votre équipe ! 

Tout à fait. Tarik, tout droit venu des jardins de l’Elysée et de la résidence de la Lanterne, est à nos côtés depuis le 1er février. Il travaille avec Rémi Lecoutre, notre chef jardinier adjoint, dans le Clos Normand, côté Est !