Février au jardin…

A moins de deux mois de la réouverture, nos mains vertes ne ménagent pas leurs efforts pour parfaire le jardin 2021. Revue de détails !

Les pensées furent les premières des bisannuelles à ouvrir le bal. Les giroflées, mysosotis et autres pâquerettes leur ont, au fil des semaines, emboîtés le pas dans les allées de la Fondation Monet. Les derniers petits bulbes ont, eux aussi, été mis en terre. «Tout est quasiment prêt pour le printemps !» explique Jean Marie Avisard, chef jardinier des lieux. Quelques épisodes de gel, des pluies successives et une forte hygrométrie ayant engendré des maladies cryptogamiques -notamment sur les violettes cornues-, n’auront pas réussi à contrarier le calendrier horticole !

«Nous allons désormais user des semaines restantes pour achever la préparation des jardins, continue Jean-Marie Avisard. Nous sommes en train de décaper les graviers, et plus particulièrement ceux de l’allée centrale où les altises -ces indésirables qui avaient grignoté les capucines l’an passé- aiment installer leurs oeufs pour l’hiver». Afin de lutter contre ces mêmes insectes, un système de brumisation va être installé tout au long de la bordure de la grande allée. Car les altises ont une sainte horreur de l’humidité ! «Il nous reste aussi à tailler les rosiers, qui devraient resplendir cette saison, et à élaguer certains arbres, notamment à proximité de la boutique».

A toute saison son petit grain de nouveauté. Saviez-vous que des arbustes paysagers vont être plantés à l’ouest du Clos Normand et à proximité des serres ?  «Cette zone était, jusqu’ici, agrémentée de rares roses et pivoines. L’idée est de la rendre plus esthétique et de cacher, du même coup, nos ustensiles de travail et autres tuyaux situés en arrière plan». Et du côté du jardin d’eau ? «Quelques rhododendrons ont été changés et des arbustes plantés. Là sera la seule nouveauté. L’idée est de ne jamais casser la structure et de rester fidèle à l’esprit de Claude Monet !»