Dans l’assiette de Claude Monet

Rédigés par l'historienne d'art Claire Joyes et exclusivement disponibles sur notre boutique en ligne, «Les carnets de cuisine de Claude Monet» viennent d'être réédités aux éditions du Chêne. Un petit bijou historico-culinaire à glisser d'urgence sous le sapin !

Chez les Monet, on avait le culte de la table ! En plus d’un inimitable coup de pinceau, le peintre était doté d’un sacré coup de fourchette. Lui qui se levait au chant du coq ne se contentait pas, au petit déjeuner, d’un café et d’une tartine beurrée. Au menu, de la charcuterie, du fromage, des oeufs, des tranches de pain rôties à la marmelade d’orange et même de l’andouille grillée ! On ne badinait pas, non plus, avec les autres repas. Amateur de poissons, Claude Monet se délectait de brochets fraîchement pêchés. Relevées de plantes potagères du Midi, les viandes, et notamment les gibiers, volailles et rôtis satisfaisaient son palais exigeant. Sans oublier la farandole de légumes, dont les tomates, aubergines, poivrons, artichauts et courgettes de Nice, assortis de fèves, ail Rocambole et petits oignons d’Egypte ! Une cuisine simple, bourgeoise et goûteuse, dégustée dans des services de table choisis et qui traduisait un véritable art de vivre et de recevoir au quotidien…

Reste que s’il appréciait les arts de la table, ce fin gourmet ne maniait jamais les casseroles ! Durant ses années givernoises, Claude Monet ne jura que par sa cuisinière, la déesse des fourneaux Marguerite. A tel point que lorsque celle-ci se maria, il engagea Paul, son époux, comme maître d’hôtel afin d’être sûr que Marguerite ne lui échappe pas ! De la simple purée jusqu’aux onctueuses meringues, en passant par le pâté de viande faisandée, le «gâteau vert-vert» ou les recettes «yankees», ce cordon bleu maîtrisait, de A à Z, l’art culinaire.

Transmises par Marguerite ou glanées auprès d’amis (Cézanne, Mallarmé…) et restaurateurs (Prunier…), toutes ces recettes furent, au fil des ans, consciencieusement couchées sur le papier. Un précieux carnet qu’Alice Hoschedé confia à Marthe, l’une de ses filles et qui finit entre les mains de Jean-Marie Toulgouat, arrière petit-fils d’Alice… et époux de Claire Joyes ! En l’exhumant pour la première fois en 1989, l’historienne d’art signa un succès de librairie…

Préfacé par le chef Joël Robuchon, cet ouvrage illustré avec goût se déguste comme l’on dévorerait un plat généreux. Au fil des premiers chapitres et d’une plume raffinée, Claire Joyes entremêle au récit du parcours pictural de Claude Monet celui de ses affinités culinaires. Entre deux références bibliographiques, elle brosse les ingrédients d’une table fin de siècle, décrit l’esprit des lieux, les pique-niques et autres déjeuners de fête. Emouvante, la seconde partie est dédiée aux précieuses recettes. Entre les soupes, les oeufs -renversés à la tomate…-, les sauces, les entrées -recettes de girolles (Mallarmé)…-, les volailles -poulet sauté gastronome…-, les viandes accompagnées du yorkshire pudding, le gibier, les poissons -filets de sole à la florentine…-  les desserts dont l’incontournable vert-vert ou la glace à la banane, vous découvrirez des pépites !

Véritable invitation aux fourneaux, cet ouvrage est exclusivement disponible sur la boutique en ligne de la Fondation Monet . Foncez le découvrir en un clic !