Au nom de la rose….

Pépite du Clos Normand, la roseraie de la Fondation Monet s'offre, cette saison, un lifting. Explications...

S’il ne les a mentionnées qu’à de rares occasions dans ses archives ou correspondances, le peintre-jardinier Claude Monet affectionnait les roses. En 1912 et après une visite givernoise, la journaliste Alice Kuhn qualifiait ainsi, dans le magazine «La femme d’aujourd’hui», les rosiers de «richesses d’un jardin enchanteur». Quant à Georges Truffaut, il les décrivit avec moults précisions, évoquant «les variétés de polyanthas, les rosiers nains, à grosses roses…». Depuis l’ouverture de la Fondation Monet, ces fleurs majestueuses à l’élégante exubérance figurent, en juin, parmi les stars du Clos Normand tant elles colorent les lieux.

Plébiscitées par les visiteurs, ces merveilles florales sont, cette saison, l’objet de toute l’attention de nos mains vertes. Choyée jadis par le maître des lieux, la roseraie va, en effet, être refaite entièrement, avec une alternance de rosiers tiges et grimpants. Un grand chantier auquel vont s’atteler, sur deux ans, nos jardiniers du Clos Normand. Au total, il y aura 508 plants et 58 variétés, dont la moitié a été plantée cette année. Festival de couleurs et d’élégance à venir !