Quand Giverny rend visite au Japon…


Gilbert Vahé (accroupi à droite) et Jean-Marie Avisard (dernière rangée, troisième en partant de la gauche), posent avec l’équipe des mains vertes de Kitagawa.

S’il ne s’y est jamais rendu, Claude Monet a créé un lien aussi singulier qu’intemporel avec le Japon. Quatre-vingt douze ans après la mort du maître impressionniste, la Fondation Monet et le pays du Soleil-Levant continuent d’entretenir d’étroites relations…

11 octobre 2018. Gilbert Vahé, chef jardinier historique de la restauration du domaine et son successeur Jean-Marie Avisard s’envolent pour le Japon. Tous deux ont répondu à l’invitation de la mairie de Kitagawa, petit village situé dans la préfecture de Köchi sur l’île de Shikoku. C’est ici, le 15 avril 2000 et pour marquer le nouveau millénaire, que «Le Jardin de Monet Marmottan», réplique fidèle des jardins givernois de Claude Monet, a ouvert ses portes sur l’initiative de Gérald Van der Kemp…


la grande allée givernoise, version Kitagawa…

Gilbert Vahé est en terrain connu. A l’époque, il avait joué les conseillers techniques et multiplié les échanges d’idées et de graines, les séminaires et autres visites de chantier. Entre un «relief très escarpé» ou des conditions climatiques induisant un «biotope différent», le défi était de taille. S’appuyant sur l’expertise de Gilbert Vahé, l’équipe nippone a agencé, sur plus de 30 hectares, quelques 55 000 spécimens d’arbres et de plantes. Outre le jardin givernois, elle y a recréé certains paysages ayant marqué la vie de Claude Monet. «Bien sûr, il y a des différences liées à deux sens distincts de l’esthétique, note Gilbert Vahé. Eux usent, par exemple, de nymphéas exotiques qui se décollent à la surface de l’eau. Mais l’esprit est là !»


les nymphéas exotiques du jardin d’eau nippon

C’est pour «préparer le vingtième anniversaire de l’ouverture» et sous l’impulsion de Monsieur Hugues Gall, directeur de la Fondation Monet, que les deux mains vertes de l’antre givernois ont, en cette fin d’année franco-japonaise, fait le déplacement. «L’idée majeure était de réfléchir à la remise en état d’une partie du jardin dédiée à Bordighera. Nous avons multiplié avec plaisir les réunions de travail avec le chef jardinier et les membres de son équipe». Afin que le fil ne soit pas rompu, trois jardiniers de Kitagawa viendront l’an prochain à Giverny. «Nous les formerons pour qu’il puissent seconder, au mieux, leur chef jardinier».


Réunion de travail avec le chef jardinier de Kitagawa

Après Kitagawa et avant de regagner la France le 21 octobre, Gilbert Vahé et Jean-Marie Avisard ont fait halte dans les jardins de Yuushien, situés sur l’île de Daikonshoma. Une escale qui ne doit rien au hasard puisqu’en novembre 2017, le président desdits jardins, Go Kadowaki, avait généreusement offert trente pieds de pivoines arbustives -celles-là même que cultivait Claude Monet- à la Fondation ! D’une élégante conception, ces jardins se fondent dans un paysage de montagne et d’eau. Et, toute l’année, quelques deux cents variétés différentes de pivoines y sont cultivées ! «C’est l’un des plus beaux jardins que j’ai jamais vu. Entre la représentation de la nature, celle des rivières sèches et humides, des rochers ou des arbres, il peut être admiré selon différents points de vue». Si la pivoine reste la star incontestée des lieux, azalées taillés, rhododendrons et autres érables s’y épanouissent au fil des saisons. Une somptueuse invitation à la promenade… et à la contemplation !


Le jardin Yuushien, dévoilé à travers ses baies vitrées…