Une « palette » à ciel ouvert

Votre oeil les a forcément repérés. Régals horticoles, trente-huit massifs rectangulaires longent fièrement, côté est, l’allée centrale. N’y voyez pas là une fantaisie du jardinier du XXIe siècle. Car c’est bel et bien ainsi que Claude Monet conçut, en son temps, son paradis givernois….

27 avril 1886. Sur l’invitation du baron d’Estournelles de Constant, un secrétaire d’ambassade, l’artiste peintre découvre l’hypnotique Hollande. Son hôte lui fait, bien évidemment, les honneurs des fameux champs de tulipes qui s’étendent au Nord de La Haye. L’imagination picturo-horticole du maître givernois s’allume d’un nouvel éclair. De retour à Giverny, Claude Monet se met en tête de recréer l’effet de ces étendues de coloris purs au détour de parterres rectangulaires monochromes. Organisés par rangées de deux, chacun des massifs s’agrémente, selon les saisons, d’annuelles ou bisannuelles aux teintes choisies. Le minutieux Monet va même jusqu’à prendre en considération la course du soleil dans le ciel pour orchestrer ces couleurs : froides à l’est avec des floraisons roses et bleues, elles se réchauffent de jaune et d’orange avant d’épouser les teintes rouges et flamboyantes du crépuscule ! Lui qui ne mélangeait jamais les couleurs, mais les juxtaposait et les superposait, conçoit ces massifs comme de véritables palettes de peintre. Saviez-vous qu’aujourd’hui, dans le jargon des jardiniers, ces « boîtes de peinture » sont affectueusement qualifiées de « tombes » ? Elles en épousent, en effet, la taille et l’allure générale ! On ignore, néanmoins, si Claude Monet usa de ce surnom en son temps….

Prenez le temps de déambuler dans ces parterres époustouflants de couleurs et perspectives, qui suivent un dégradé chromatique du blanc immaculé au pourpre envoûtant. N’avez-vous pas la sensation d’être l’hôte d’un tableau impressionniste ? Observez-les depuis le bas du jardin ou depuis le balcon de la chambre du maître. Variez les points de vue. Vous les redécouvrirez sans cesse. Car c’est bel et bien une succession d’images mouvantes que Claude Monet s’appliqua à créer….