Que vous réserve cette saison 2019 ?

Les portes de la Fondation Monet se rouvriront, le vendredi 22 mars prochain, après l’immuable trêve hivernale. Au programme, des nouveautés horticoles mais aussi d’inratables rendez-vous culturels. Quelques indiscrétions !

Saviez-vous que ce cru 2019 revêt, pour nous, un caractère particulier ? Ouverte au public le 3 juin 1980, la Fondation Monet souffle cette année ses quarante bougies !

A pareil anniversaire, jardin extraordinaire ! Dirigées par Jean-Marie Avisard, nos mains vertes n’ont pas chômé, durant l’hiver, pour orchestrer la traditionnelle partition horticole. Comme le dicte le calendrier, les jacinthes, pensées et autres aubriètes ouvriront fièrement le bal. Suivront les tulipes flirtant avec les myosotis, les délicats iris, les roses, nymphéas, capucines et autres majestueux dahlias… Mais de jolies nouveautés n’échapperont pas à l’oeil des visiteurs les plus avisés ! Harmonieuses vivaces, les iris d’eau, si chères au maître des lieux, vont jouer les stars sur les bords du jardin d’eau. «Nous nous sommes approvisionnés chez Latour-Marliac, la pépinière lot-et-garonnaise chez qui Claude Monet se fournissait jadis en plantes aquatiques, explique Rémi Lecoutre, chef jardinier adjoint. L’entreprise a conservé, dans ses archives, les commandes passées par le peintre à partir de 1894. Nous avons donc pu commander les mêmes !».

De nouvelles recrues viendront également grossir les rangs du Clos Normand. Dans le rang des bulbeuses de printemps, la fritillaria garland star, aux grandes fleurs rouge orangé, illuminera les massifs dès les beaux jours. Douce et époustouflante variété d’ail ornemental, l’allium metallic shine fait, elle aussi, son entrée dans l’écrin givernois. Du côté des vivaces, notons l’arrivée de la salvia viscosa framboise, une variété de sauge, mais aussi de la centratherum pineapple sangria. Ses délicieuses fleurs en bouton bleu lavande vous feront de l’oeil ! Les bisannuelles ne seront pas en reste avec l’introduction de la cheiranthus cheirii aurora, giroflée rose et odorante, la cheiranthus cheirii covent garden de couleur rouge, mais aussi la cheiranthus cheirii progress réhaussée d’un délicieux mauve…

Et du côté de la maison ? A l’heure où les visiteurs quitteront les lieux, six rendez-vous culturels se tiendront dans le salon-atelier du maître impressionniste. Bel arrière petit-fils de Claude Monet et commissaire général du Festival Normandie Impressionniste, l’historien et critique d’art Philippe Piguet continuera d’animer ses très appréciées lectures-conférences. La première sera dédiée à «La notion de série dans l’œuvre de Claude Monet», la seconde à «Monet et Venise, 1908», et la troisième à «Claude Monet, à fleur de l’abstraction». Rendez-vous les 16 mai, 4 juillet et 3 octobre prochains !

Mais la grande nouveauté 2019 réside dans la venue de Sylvie Patin, Conservateur général honoraire au Musée d’Orsay et Correspondant de l’Institut (Académie des Beaux-Arts). Spécialiste de la peinture impressionniste et auteur de nombreux ouvrages sur Claude Monet dont «Le musée intime de Monet à Giverny» (Fondation Claude Monet/ Editions Gourcuff et Gradenigo, 2016), cette historienne de l’art nous fera l’honneur d’animer, les 18 avril, 6 juin et 5 septembre prochains, trois conférences thématiques : «Le salon-atelier et les ateliers de Monet à Giverny», «La chambre de Monet à Giverny : son musée intime» et «Giverny : le Japon en Normandie». On compte sur vous ?