Que nous réserve le jardin en mai ?

Après avoir souffert d’une météo capricieuse et de gelées tardives, le jardin a profité d’un soleil aussi généreux qu’inattendu. Que pourront y admirer les visiteurs au mois de mai ?

«Le mois de mai représente la période la plus délicate dans le jardin, prévient Rémi Lecoutre, chef jardinier adjoint. Il s’agit d’une période de transition, car c’est la fin des bisannuelles. On va commencer, à la mi mai, à démonter par petites touches les massifs les plus fatigués, notamment à cause de la vague de chaud et y installer les premières annuelles. Quelques plantes vivaces vont faire la transition. C’est une période complexe à gérer, notamment dans deux gammes de couleurs, le orange et le bleu clair, qui sont les moins présentes au mois de mai. Mais c’est valable pour tous les jardins !»

La féérie sera néanmoins au rendez-vous, avec des juliennes de jardin ou juliennes des dames qui vont dominer certains massifs. A admirer également, des alliums ou ail décoratif, «surtout dans les endroits blancs, roses et bleus», des rhododendrons et azalées, des pivoines arbustives et herbacées, sans oublier la glycine du bassin ! Et les iris ? «On a déjà des iris bulbeux qui annoncent les iris germanica hybrides. Ils sont traditionnellement attendus autour de la troisième semaine de mai. Mais, avec la vague de chaleur, il est fort probable qu’ils aient un peu d’avance !»