Léon Monet, ce frère méconnu…

Frère du peintre impressionniste, Léon Monet est décédé le 8 août 1917. Portrait d'un industriel et collectionneur d'art méconnu qui joua pourtant un rôle prédominant dans l’ascension picturale de Claude Monet...


Portrait de Léon Monet, frère de l’artiste.. Claude Monet. 1874 (Collection particulière)

Premier fils d’Adolphe et Louise-Justine Monet, Léon Pascal Monet naît le 14 avril 1836 au 39, rue de Caumartin dans l’ancien Ier arrondissement de Paris. Aux cotés de son frère Claude né le 14 novembre 1840, il grandit, sur la côte normande, dans la ville du Havre. Tous deux, plus tard, se côtoieront de nombreux étés chez la fameuse tante Lecadre à Sainte-Adresse. En 1872 et alors que son frère achève la toile fondatrice de l’impressionnisme, «Impression soleil levant», ce diplômé en chimie co-fonde la Société industrielle de Rouen…

Marié depuis 1865, directeur de la succursale d’une société suisse de produits chimiques installée à proximité de Rouen, Léon Monet mène une vie confortable. Il acheta même plusieurs toiles à son frère, dont «Fleurs de printemps» (1864) ou «Adolphe Monet lisant dans un jardin» (1866). En 1862, les deux hommes se brouillent brièvement à cause d’une dette que Claude Monet tarde à régler. Mais ils entretiennent des relations étroites, à tel point que Léon participe à l’éducation de son neveu Jean. Le peintre réalisera même un portrait de son frère en 1874 ! Entre 1879 et 1885, Claude Monet rendra visite, à plusieurs reprises, à son frère qui réside en villégiature aux Petites-Dalles, entre Fécamp et Dieppe. Une petite station balnéaire du pays de Caux qui inspira d’ailleurs à l’artiste plusieurs tableaux ! Le 16 juillet 1892 et alors que Claude Monet s’unit officiellement à Alice, Léon a même l’honneur d’être choisi comme témoin. Mais les relations entre les deux frères se ternissent lorsque Léon, veuf depuis 1895, choisit d’épouser en 1897 une domestique plus jeune que lui de près de trente ans !

Personnalité méconnue, Léon Monet ne fut pas qu’un notable de renom doublé d’un homme d’affaires chevronné. Saviez-vous qu’il joua un rôle de mécène auprès des impressionnistes ? C’est lui qui incita son frère, mais aussi Camille Pissarro et Alfred Sisley -à qui il acheta certaines toiles- à participer aux expositions de la ville de Rouen en 1864 et 1872. Ce collectionneur averti posséda même des Renoir, dont «En été, la Bohémienne» (1868) et «Paris l’institut au quai Malaquais» (1875). Cet amateur d’art éclairé partagea également le goût de son frère pour les estampes japonaises… 

Envie d’en savoir plus sur ce frère boudé par la postérité ? Ne ratez pas l’exposition que le musée du Luxembourg lui consacrera du 14 mars au 16 juillet 2023. A notez d’ores et déjà sur vos agendas !