Le jardin d’eau autrefois….


Quelle figure revêtait le jardin d’eau du temps du maître des lieux ? Quelques éléments de réponse….

«Nous avons changé beaucoup de choses au jardin d’eau, note Jean-Marie Avisard, chef jardinier de la Fondation Monet. Il n’y avait pas autant de plantes ni de fleurs…». A quoi ressemblait, dès lors, le refuge aquatique du génie impressionniste au début du XXe siècle ?

C’est un témoin de l’époque, l’écrivain Marc Elder -«A Giverny, chez Claude Monet» (1924)- qui nous livre de précieuses informations : «L’étang se développe longuement sur la gauche au travers des gazons, des massifs de saules, de bambous, de rosiers, de rhododendrons. Il tient la plus grande partie du jardin dont les sentiers l’enlacent avec tant d’art, un soin si heureux des perspectives et de l’imprévu que l’ensemble paraît immense. Ici les tilleuls ramillés chers aux abeilles ; le marronnier qui porte panache comme un shako impérial ; les peupliers semblables à des mâtures musicales qui se balancent au vent d’un si beau rythme qu’on les croit bercés par la mer. Là des rosiers naïfs, au charme simple d’églantier ; les cerisiers du Japon qu’avril poudre de fleurs irisées ; des roseaux touffus où les sansonnets s’abattent pour la nuitée, à l’arrière saison, par vol si dense qu’ils les rompent. Les nymphéas font la roue sur l’eau, comme des paons…»

Rémémorez-vous ces phrases lors de votre visite givernoise. Et, peut-être, plongerez-vous dans un autre siècle et apercevrez le chevalet du maître impressionniste….