L’automne au jardin….

A peine les portes de l’antre givernois s’étaient-elles refermées que nos jardiniers s’attelaient à la préparation du jardin 2019. Petite plongée dans les coulisses…

Point de répit pour nos mains vertes ! Dès le lendemain de la fermeture, le 2 novembre dernier, l’effervescence s’emparait des allées de la Fondation Monet. «Nous avons mis en place trois équipes, explique Rémi Lecoutre, chef jardinier adjoint. La première s’est occupée du défrichage et de l’arrachage des dahlias. La seconde, constituée d’un binôme, s’est occupée du bêchage et du repositionnement des vivaces. Le rôle de la troisième équipe consiste à récupérer les bulbes, les trier, mais aussi et surtout en replanter des nouveaux».

C’est sur la grande allée, mais aussi sur les massifs bordant les allées publiques du Clos Normand, que les jardiniers ont concentré, en priorité, leurs efforts : «C’est dans cette zone qu’il y a le plus de plantes gélives. Et c’est aussi là que nous plantons le plus de bulbes !» Parmi les innombrables bulbes mis en terre, les alliums, dont la spectaculaire floraison a régalé, cette saison, jardiniers et visiteurs : «Nous allons utiliser, cette fois-ci, vingt-cinq espèces et variétés d’alliums, soit huit de plus que l’an passé !». Quant aux incontournables tulipes, elles ne seront pas en reste avec cent quarante espèces différentes ! «La plantation des bulbes se révèle chronophage, continue Rémi Lecoutre. Mais il nous faut aussi accomplir d’autres tâches, comme dégager les feuilles ou déposer du biopost -à base de fumier déshydraté- sur certains massifs».

Les étapes suivantes ? Le défrichage et bêchage des massifs du jardin d’eau, débutés le 19 novembre. Viendra ensuite, à partir de la mi-décembre, la plantation des bisannuelles. D’ici là, la neige aura peut-être blanchi l’écrin givernois !